Un accord historique à la COP 21

14 Déc 2015

« Les engagements majeurs pris dans cet accord, comme la volonté de limiter le réchauffement climatique bien au-dessous des 2°C par rapport à l’ère préindustrielle avec des efforts supplémentaires pour se rapprocher de 1,5°C, et l’inventaire mondial des contributions nationales prévu en 2023 et par la suite tous les cinq ans, « montre la volonté des parties à l’accord de lutter durablement contre le réchauffement climatique »

Ce samedi 12 décembre est un jour historique avec l’adoption de l’Accord  de Paris. Ce texte universel qui a été approuvé par 195 pays marque un tournant et apporte un message d’espoir pour l’avenir de la planète », souligne le ministre fédérale de l’Environnement, Marie Christine Marghem. Il contient des engagements majeurs à commencer  par la volonté de limiter le réchauffement climatique bien au-dessous des 2 degrés par rapport à l’ère préindustrielle avec des efforts supplémentaires pour se rapprocher de 1,5 degré. L’accord prévoit également un inventaire mondial des contributions nationales en 2023 et par la suite tous les cinq ans,  ce qui montre la volonté des Parties à l’Accord de lutter durablement contre le réchauffement climatique. « Cela augure des mesures concrètes, en particulier en matière de transition énergétique « , estime la ministre Marghem.
Marie Christine Marghem salue également la décision qui a été prise de fixer avant 2025 un nouveau financement collectif par les pays développés de minimum 100 milliards par an afin de répondre aux besoins des pays en développement. « La lutte contre le réchauffement climatique passe avant tout par l’aide aux pays et aux communautés qui en subissent le plus les conséquences « , souligne  la ministre.
Elle tient enfin à féliciter la présidence française pour l’excellent travail fourni tout au long des négociations.