Tensions sur les marchés internationaux de l’electricite

06 Nov 2016

Depuis quelques jours, des tensions sont apparues sur les marchés internationaux de l’électricité. Ces tensions qui sont le reflet de la situation en matière d’approvisionnement en électricité, sont dues à plusieurs facteurs :

  • plusieurs centrales nucléaires en France sont à l’arrêt ;
  • Doel 3 (révision périodique) et Tihange 1 sont également à l’arrêt ;
  • la production estimée d’énergie renouvelable éolienne et photovoltaïque est  très faible dans les jours qui viennent  ;
  • une baisse des températures est attendue pour les prochains jours, ce qui aura pour effet d’accroître la demande d’électricité.

La ministre de l’Énergie Marie Christine Marghem souligne qu’elle suit de près cette situation et que, pour cela, elle est en contact permanent notamment avec Élia.
Des analyses déjà réalisées par Élia, il apparaît qu’il n’y a pas de problème d’approvisionnement pour ce lundi.  Mais la plus grande vigilance s’impose. Des réunions sont encore prévues.
La ministre de l’Énergie tient à rappeler qu’elle a comme première préoccupation d’assurer la sécurité d’approvisionnement du pays. C’est pour cela qu’elle a, entre autres, prolongé de dix ans la durée de vie des centrales Doel 1 et 2 (866 MW). Cela permet à la Belgique d’avoir l’électricité nécessaire, en particulier  en période de tension comme celle qui est vécue actuellement.

« Sans la production apportée par Doel 1 et Doel 2, notre pays serait aujourd’hui dans une situation nettement plus complexe. La preuve est ainsi faite que la prolongation de ces deux réacteurs était indispensable », conclut la ministre.

Ariane van Caloen
porte-parole
0477 321 568