L’importance d’un parc éolien en mer

09 Juin 2015

Triplement de la production

BRUXELLES-9/6/2015-La Ministre de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem souligne l’importance d’un parc éolien en mer afin d’atteindre les objectifs climatiques à l’horizon 2020 et 2030.

Triplement de la production

Comme l’indique le rapport annuel de la Creg, les parcs éoliens en mer du Nord ont eu droit à des certificats verts pour un montant de 231,557 millions d’euros. Ce qui représente un triplement du soutien en comparaison avec l’année 2011 (75,591 millions).

«Cette augmentation résulte de l’extension du parc éolien offshore et montre nullement la dérégulation du mécanisme de soutien», souligne la Ministre Marghem.

Les trois parcs actuels ont, en effet, une capacité installée de 707 MW (chiffres de fin 2014) à comparer à 195,9 MW fin 2011 pour une production nette de 2.221.311 MWh (706.466 MWh en 2011).  La production a donc été d’environ trois fois supérieure à celle d’il y a trois ans.
Les familles contribuent actuellement au mécanisme de soutien pour un montant de 14 euros par an. A terme, lorsque le parc aura atteint une capacité installée totale de 2200 MW, la contribution des familles s’élèvera à environ 35 euros par an.

«Les investissements dans les parcs éoliens en mer sont d’une grande importance», souligne le Ministre Marghem. «Cela permet au gouvernement fédéral de contribuer à la réalisation des objectifs 2020 et 2030 ».

La Ministre rappelle également que le mécanisme de soutien a été revu en 2014 (Arrêté royal du 14 avril 2014) et contient différents systèmes de correction qui visent à éviter que les prix flambent  et que le consommateur ne soit  perdant.

Primo, le prix minimum du certificat vert est fixé à 0 euro quand il y a surproduction d’électricité (AR: « lorsque la production intervient à un moment où le tarif de déséquilibre applicable à un déséquilibre positif est égal ou inférieur à -20 euros MWh »). Ce montant de 0 euro n’est applicable qu’aux premiers 288 quart d’heures au cours de la même année civile. Il en résulte que les acteurs du secteur offshore sont obligés de tenir compte des conditions de marché.
Secondo : le deuxième mécanisme de correction prévoit que le prix du certificat vert tienne compte de l’évolution du prix de l’électricité sur le marché.

Enfin, la Ministre rappelle que les grandes entreprises bénéficient d’une diminution du coût du mécanisme de soutien, qui s’est élevée à 70,731 millions d’euros en 2014. Le montant de la réduction est évalué à 75 millions d’euros pour 2015.

Ariane van Caloen
Porte-parole
0032 477 321 568
0032 2 790 57 39