Le circuit court pour revaloriser la relation producteur-consommateur

11 Sep 2017

En proposant l'auto-récolte, la ferme urbaine du Chant de Cailles à Watermael-Boitsfort renforce un lien direct avec le maraîcher

La récente crise alimentaire et sanitaire a pris de panique la Belgique tout entière. Pour l’éviter à l’avenir, il est plus que nécessaire de (re)nouer le contact avec notre artisan, un producteur local qui partage nos préoccupations.

Plusieurs raisons motivent ce besoin. La confiance est peut-être l’une des plus importantes puisque c’est grâce à elle que nous, consommateurs, ayons l’opportunité d’apprendre comment nos aliments sont produits, et d’acheter en toute connaissance de cause. Plus qu’une information, c’est en effet d’une réelle connaissance que nous avons besoin de retrouver.

Nous pouvons déjà apporter des solutions à ce chaînon manquant en s’informant des initiatives près de chez nous ; peu connu du grand public, le réseau GASAP (Groupes d’Achat Solidaires de l’Agriculture Paysanne)  propose en Belgique 85 exploitations qui participent au circuit-court et à la valorisation des produits issus d’une agriculture biologique et surtout, autoproduite.

Les GASAP se constituent d’un groupe de citoyens qui ont la volonté de s’associer avec un producteur pendant une période donnée. Cet engagement permettra non seulement de soutenir le producteur en lui assurant un revenu correct, mais aussi d’apprendre à consommer local, et de redécouvrir le goût de nos produits.

Ils participent également à l’Objectif 12 de Développement durable, « établir des modes de consommation et de production durables »

En savoir plus sur les GASAP ici