National Declaration of Belgium at the fourth United Nations Environment Assembly

14 Mar 2019

S.E. Mme Marie Christine Marghem, Ministre fédérale de l’Energie,
de l’environnement et du développement durable.

(14 Mars 2019)

Monsieur le Président,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

 

Les évaluations scientifiques, sont claires. Elles nous apportent la confirmation de la nécessité d’une action urgente et internationale.

En ce moment, des milliers de jeunes manifestent chaque semaine pour plus d’ambition sur les enjeux du climat. Ces jeunes, je les ai rencontrés à plusieurs reprises. J’ai senti chez eux une véritable angoisse et c’est à nous qu’il convient de trouver des réponses. Ce mouvement nourrit ma détermination à poursuivre le travail, avec les ministres des régions de la Belgique, pour concrétiser la transition énergétique dans notre pays.

Une transition vers une économie sobre en carbone, neutre pour le climat et efficace dans l’utilisation des ressources demande une approche holistique : elle se ne se réalise pas en traitant des défis en silo. Il faut mettre la science, la technologie et l’innovation au service de cette transition.

Je remercie donc UN Environment d’avoir choisi ce sujet comme thème principal pour notre 4ème session.

 

Monsieur le Président,

Excellences,

 

La Belgique, dans toutes ses composantes, est prête à jouer son rôle et à montrer l’exemple. Permettez-moi de me focaliser sur deux exemples concrets : l’économie circulaire et la biodiversité océanique. 

Tant dans le domaine du tri des déchets et que recyclage des matières premières, la Belgique se situe au premier plan européen et mondial. Mais j’ai pourtant décidé d’aller plus loin en finançant une série d’études afin d’identifier les freins à la recyclabilité par catégorie de déchet. Le résultat de ce travail se poursuivra bien après cette législature, car je suis convaincue que la préservation de l’environnement s’inscrit sur le long terme.

Le mois dernier, nous avons accueilli la Conférence du Forum mondial des ressources, qui portait sur de nombreuses initiatives prometteuses afin de les rendre économiquement viables.

La lutte contre les pertes et gaspillages alimentaires  est un autre domaine d’attention en Belgique.

Et par le biais des Green Deals volontaires, la Belgique par exemple, favorise et stimule l’engagement des partenaires privés dans des domaines comme la politique d’achats circulaire, la mobilité partagée, la logistique durable au sein des villes, bâtiment circulaire ou la promotion d’une alimentation plus durable. L’année passée, pas moins de 4,5 milliards d’euros ont été levés avec ces obligations.

Au cours de cette assemblée, l’UE a tenté de faire progresser l’action commune visant à lutter contre la déforestation en tenant compte de la chaine d’approvisionnement des produits de base agricoles. Je remercie les nombreux pays qui ont soutenu cette initiative, qui malheureusement n’a pas pu aboutir, et je m’engage à poursuivre un dialogue ambitieux sur cette question.

 

Mr le Président,

Excellences,

La biodiversité océanique est mise à rude épreuve à cause, notamment, des changements climatiques, de la pollution, de la perte d’habitats côtiers et de la surexploitation des espèces marines.  Nous devons agir.

Le mois passé, la Belgique a organisé une conférence internationale sur les conséquences du changement climatique sur les océans. Une « Déclaration de Bruxelles – Climat-Océans» en est l’aboutissement. Cette déclaration, déjà signée par 30 pays, souligne  l’importance de la recherche scientifique,  appelant, entre autre à réduire les émissions du transport maritime. Je saisis cette occasion pour inviter les autres pays d’y adhérer.

En Belgique nous avons également déclaré la guerre aux microplastiques. A la fin de cette année, ces substances seront bannies des produits cosmétiques suite à un accord signé avec une fédération de producteurs.

Par ailleurs, comme l’Accord de Paris le reconnaît, le besoin de renforcement des capacités est grand, en particulier dans les pays en développement les plus vulnérables. C’est dans ce cadre, que j’ai lancé une initiative pour apporter l’appui nécessaire aux pays en développement partenaires, pour la mise en œuvre de leurs contributions déterminées au niveau national (NDCs).

 

Monsieur le Président,

Excellences,

 

Je tiens à remercier Madame Joyce Msuya pour avoir si bien dirigé l’organisation ces derniers mois et je tiens à souhaiter la bienvenue et plein succès à Mme Inger Andersen dans ses nouvelles fonctions et pour les défis qu’elle aura à relever.

Je me réjouis des résultats déjà obtenus lors de cette 4ieme assemblée et j’appelle de mes vœux une déclaration ministérielle ambitieuse.

 

Merci pour votre attention